La ligne aérienne Paris-Strasbourg-Nuremberg-Prague fut inaugurée le 23 avril 1920. Pour permettre le développement de vols commerciaux – donc réguliers, indépendamment des conditions climatiques – 83 phares aéraonautiques furent installés à compter de 1930. Entre le Bourget et Strasbourg, 19 phares au néon, 16 phares à éclipse en lumière blanche et 2 phares à grande portée. Deux de ces anciens phares au néon à lumière rouge sont encore bien visibles sur le Pays fertois, curieux poteaux surmontés d’une plateforme carré – leur système de balisage ayant disparu (contrairement à celui du phare de Marchais en Brie, distant de 15 km de Bassevelle) aujourd’hui.

Le phare de Bassevelle

Vous le découvrirez sur la départementale 55 au lieu-dit « Les Maillots » dans le hameau du Petit Bassevelle, son cycle complet durait 8 secondes et comprenait un point suivi d’un trait (soit la lettre A en morse). Le foyer lumineux se situait, comme à Jouarre, à 10 mètres du sol et se composait de deux tubes en « U » emplis de néon.

Le phare de Jouarre

Situé sur la route de Jouarre à Romeny (D114). Son code « morse » était le F soit . . – . soit un cycle complet de 10 secondes, un point durant 0.5 seconde et un trait 3 secondes. À vol d’oiseau, il était distant de celui de Bassevelle de 10 km environ, son faisceau portant à 25 km environ, pour une altitude de 173 mètres au-dessus du niveau de la mer. En 1954, la Direction de la Navigation Aérienne prend la décision d’abandonner le réseau de phares.

Le phare de Jouarre est situé en face de la voie verte reliant le bourg de Jouarre au hameau de Romeny.

Remerciements

à M. Jean Bachelet de Saint Ouen sur Morin pour ses recherches sur les anciens phares aéronautiques et plus particulièrement ceux de la ligne « La Flèche d’Orient » reliant Paris-Prague à compter de 1920.